Génération baby boom : Cap retraite raconte ce qui l'a marqué

Cap retraite Génération baby boom

La génération baby boom est celle qui part à la Cap Retraite (ou pic de la natalité) fait partie d’une certaine tranche de la population. Elle est composée des personnes qui ont vu le jour entre 1946 et 1947 pour laisser place à la génération « X » qui débute entre 1964 et 1966. Les baby boomers voient défiler les grandes périodes de l’histoire (Première guerre mondiale et Deuxième guerre mondiale).

Cette génération présente une augmentation importante du taux de natalité dans certains pays. Tous les pays ne connaissent pas la même période générationnelle. Pour la France par exemple, elle commence dès 1942, pour les Etats-Unis en 1947, mais d’autres pays continuent jusqu’à fin 1974. Cette période est marquée par les 4P (Paix, Prospérité, Plein-emploi et Progrès).

Certains démographes découpent la société occidentale en 4, dont la génération silencieuse (entre 1901 et 1944), la génération des baby boomers (entre 1945 et 1961), la génération X (entre 1960 et 1978) et la génération Y (entre 1979 et 1995).

A noter aussi que cette génération se rapproche de plus en plus de la retraite, ce qui va donner naissance à un autre phénomène générationnel (les papys boomers).

Les baby boomers profitent beaucoup des avancées technologiques, de l’urbanisation, de la prolifération de l'automobile et de la création des banlieues. Ils se battent pour leur droit, pour une éducation supérieure, pour une bonne carrière et surtout pour la liberté.

Choc générationnel et caractéristiques des baby boomers avec Cap retraite

Chaque génération est la représentation de son époque avec les inventions, les nouvelles technologies, les grandes crises politiques et économiques, etc.

L’écart générationnel entraine souvent des conflits, car chacun possède une vague perception de l’autre. Le baby boomer dénonce l’attitude d’un jeune de la génération Y et le jeune est choqué par les méthodes de travail archaïques utilisées par le baby boomer. Les jeunes traduisent la stabilité au travail des anciens par un manque de dynamisme et par une marque d’immobilisme.

La valeur du travail ne poursuit plus la même définition pour les jeunes que pour les anciennes générations. Le baby boomer connait la valeur du travail et sait qu’il doit travailler dur pour réussir dans la vie. Il est dévoué à son travail. Il trouve que la société de maintenant cherche des moyens d’accéder au bonheur facilement, sans se fatiguer, sans travailler. Cette nouvelle société glorifie les loisirs, l’accès facile au plaisir, ce qui fait de l’épanouissement personnel un but quotidien dans la vie d’une jeune de la génération Y ou Z. Les jeunes perçoivent le travail comme un outil d’expérimentation de la vie et de mise en pratique du bonheur.

Cap retraite (plus d’informations ici sur Cap Retraite) a remarqué que dans le domaine de la technologie, les anciens sont laissés en marge. La plupart d’entre eux ne savent pas se servir des nouvelles technologies alors que cela fait partie du monde des jeunes depuis leur enfance, ils maitrisent par exemple tout le fonctionnement d’un smartphone et savent habilement utiliser internet). Les jeunes arrivent à former les plus anciens aux nouvelles technologies par le contrat de génération en entreprise.

La différence de rapport à l’autorité est une autre dissemblance entre les générations. Les anciens soutiennent que les plus jeunes (la génération Y) sont les plus difficiles à encadrer (ils remettent en cause l’autorité et la méthode de travail). Les baby boomers sont caractérisés par le respect de l’ordre hiérarchique (ils respectent et écoutent leur manager). L’autorité de compétence prend ainsi la place de l’autorité de fait (ils recommandent le style participatif au détriment du style directif).

La notion du temps constitue un autre point essentiel. Les temps sont raccourcis et les heures sont devenues précises. L’impatience des jeunes générations est née de l’immédiateté de l’accès à tout type de service (un email doit être répondu dans l’heure ou dans la journée, un appareil électrique doit répondre dans la seconde aux requêtes, etc.). Les anciens savent par contre que la graine met du temps à germer, que l’arbre prend le temps de fleurir, qu’il donne des fruits en temps voulu et que tout arrive à point nommé à qui sait attendre.

L’accès à l’information fait partie aussi des différences notables entre les générations. Internet se charge maintenant de stocker toutes les informations en ligne (notamment sur Wikipédia). Plus besoin d’encyclopédies volumineuses sur des étagères. Ceci signe l’ère de l’information et de la connaissance. Les anciens aiment le contact du papier et font confiance à ce qu’ils peuvent toucher ou voir.

La multiplicité des langues (notamment l’anglais) est également au centre des disparités entre générations. La génération Y parle mieux l’anglais et est plus disposée à l’assimilation de langues étrangères par rapport aux autres générations, car les échanges entre pays de type « Erasmus » se sont multipliés depuis 20 ans et beaucoup plus de personnes travaillent dans des multinationales (une globalisation du monde qui implique la présence de collègues étrangers). De plus, l’international apporte de nombreuses opportunités de carrières pour les jeunes embauchés sans trop d’attaches familiales.

Pour accéder au site de Cap retraite, cliquez ici.

Particularité des baby boomers avec Cap retraite

Les baby boomers sont une génération sociologique composée d’idéalistes et d’égocentriques. Ils conçoivent mal la notion de conservatisme, d’homogénéité et de travail en équipe. Ils se présentent également comme une génération révoltée (naissance du rock and roll, du jazz, des beatniks, des hippies, du retour à la terre, de la contestation, de la Révolution tranquille, etc.).

Les baby boomers sont souvent caractérisés par leur respect de l’autorité, par leur attachement à la famille et par leur mélancolie. Leur jeunesse est intimement liée avec le plein-emploi, la hausse du niveau de vie, le large accès à la propriété, etc.

La population baby boom bénéficie à leur époque de la croissance économique : conditions favorables à l’emploi, niveau de vie croissant, accès à l’éducation et logements faciles d’accès.

Plus de 79 millions de personnes sont nées pendant la période baby boom et se distinguent en trois catégories dont la Beat Generation (les hippies, les punks, les consommateurs de drogues et d’alcools et les libertins, qui sont nés entre 1948 et 1962), la Génération Jones (nés entre 1954 et 1965) et la Baby Busters (nés entre 1958 et 1968).

Ils ont aussi connu de nombreux choix de vie, des entrées sur le marché du travail avec des possibilités d'emplois exceptionnelles, de bonnes valeurs familiales, des vies centrées sur le travail et la valorisation sociale liée à la carrière.

Ils sont également plus enclins au respect de l'autorité et de la structure hiérarchique, forment des unions (syndicats), sont nostalgiques, plutôt matérialistes et prônent la jeunesse (avec l’utilisation du botox et des liftings).

Ils créent un fort sentiment d'appartenance à l'entreprise et considèrent leurs collaborateurs comme une famille. Ils sont tout aussi fermés aux changements avec peu de souplesse, car sont souvent sur la défensive. Ils sont créatifs.

Les autres générations les trouvent insensibles, peu réactifs et incompétents, mais ils occupent le plus souvent les plus hauts échelons du pouvoir, ce qui leur permet d’être prévoyants et de pouvoir résister aux pires situations.

Ils sont tout de même catégoriques, égoïstes, arrogants, impitoyables avec un despotisme franc pouvant engendrer de graves conflits dans leur entourage.

Ils sont parfois surprotecteurs, car ils cherchent à améliorer la société et la perception de celle-ci chez leur enfant au point où ils établissent pleines de restrictions et de réglementations.

Visiter la page Facebook de Cap retraite.

Les évènements marquants de la période baby boom avec Cap retraite

Le baby boom est une incroyable période d’évolution de la fécondité. Elle est enregistrée dans plusieurs pays de l’Occident et d’Amérique du Nord entre 1940 et 1960 (ampleur et chronologie différente en fonction des pays). Plusieurs faits marquants ont eu lieu lors de l’expansion des baby boomers.

Une forte croissance économique marque l’après Seconde Guerre mondiale avec un changement de la situation des femmes (elles savent qu’elles peuvent retrouver leur travail après s’être occupées de leurs enfants), car le taux de chômage est très faible. La création d’un système de protection sociale assure aussi les niveaux de vie des familles.

Les personnes âgées sont très nombreuses à cause de ce phénomène, ce qui rend difficile l'équilibre du régime de retraite.

La génération baby boom voit naitre les médias de masse, les mouvements des droits de l’homme, les personnages charismatiques, les symboles unificateurs et les avancées technologiques (télévision couleur, automobile, découvertes médicales, etc.). Les règles sociales se transforment et l’économie est en plein essor.

1969 marque les premiers pas de l’homme sur la Lune (Neil Armstrong), au fil des années les voyages sur la Lune deviennent juste banals et sont complètement abandonnés en 1972. L’année 1969 est aussi apocalyptique, car Charles Manson (gourou d’une communauté s’inspirant de la Bible) ordonne à ses disciples d'assassiner les riches des beaux quartiers de Los Angeles afin de faire accuser les Noirs et leur créer des représailles pour les empêcher de dominer le monde. Il est condamné à la prison à vie en Mars 1971 pour avoir guidé 4 de ses disciples dans la maison de Sharon Tate pour la tuer ainsi que 4 autres personnes.

Le 15 Novembre 1969 signale une importante manifestation à Washington pour l’arrêt de la guerre.

La lutte pour la reconnaissance des droits civiques des homosexuels commence par les émeutes de Stonewall, à Greenwich Village. En 1970, la première marche de la fierté gay commémore ces émeutes à New York et à Los Angeles.

Les Trente Glorieuses (période ininterrompue d'expansion économique de 1945 à 1973) voient émerger de nombreuses industries. La France modernise ainsi son agriculture en 1950 et devient une grande puissance agricole au milieu des années 1970, grâce à la mécanisation, à l'emploi massif d'engrais et d'insecticides et à la politique agricole commune de la Communauté Economique Européenne (CEE) en 1957. Les Trente Glorieuses constituent une longue période d’essor économique.

Le développement du Taylorisme et du Fordisme voit naitre un fort taux de production dans le domaine du bâtiment (de nombreux logements sont construits, 10 fois plus qu’en 1946), de la métallurgie (automobile et sidérurgie) et de la chimie.

Les crédits à la consommation, les transports, les télécommunications, les assurances, les publicités, le tourisme et le commerce marquent l’amélioration du niveau de vie dû à la croissance démographique, explique Cap retraite.

Le secteur tertiaire connait une évolution exceptionnelle depuis les années 70 et est de plus en plus diversifié. Ce boom est suivi d’une nette progression de l’emploi des femmes, ce qui compense la diminution de la population active à travers l'allongement des études et l'abaissement de l'âge de la retraite.

Un chômage massif voit le jour en 1970 et touche environ 10% de la population depuis les années 80. Une nouvelle pauvreté apparaît en France, d'où la mise en place de dispositifs (RMI puis RSA) montrant les difficultés de l'État à régler la situation.

La France connait une accélération de l’exode rural et une urbanisation rapide (expansion des banlieues). La France s’est urbanisée rassemblant 77% de la population en ville. 1963 voit l’ouverture de Carrefour, à Sainte-Geneviève-des-Bois (premier hypermarché de France et d’Europe toute entière).

La société française entre dans l’ère de la consommation en 1975 grâce au taux d’équipement des maisons allant de 70% à 90%. Les soins sanitaires voient aussi le jour, ce qui permet la progression de l’état de santé de la population, ainsi que le niveau d’instruction (développement du secteur universitaire en 1960). Les derniers bidonvilles disparaissent vers 1970. Entre 1945 et 1975, la durée moyenne des études s'étend pour voir un grand nombre d'adolescents scolarisés (les enfants de plus de 14 ans passent de 450 000 à 4 millions).

Une étude de Cap retraite montre ainsi que les enfants vivent mieux que leurs parents.

Les mutations sociales ont conduit à l'avènement d'une société plus dynamique (malgré l’évolution du chômage, le confort des foyers et l'équipement des ménages n'ont cessé de s'accroître).

Les français bénéficient de plus de loisirs qu’en 1958 grâce à l'allongement des vacances, à une plus grande longévité et à la diminution globale du temps de travail (40 heures par semaine en 1945, 39 heures en 1982, 35 heures en 1998).